ActualitésBusinessHabariCheckInfos partenairesNos activitésPolitics

Cfa – Monusco : Lacloche, désormais plus armée pour combattre la désinformation

LACLOCHE s’est transformé, à une puissante sentinelle de la vérité grâce au programme conjoint de vérification des faits de Code For Africa (Cfa) et de la Monusco.

Le centre de l’information et communication média ”LACLOCHE” est une initiative de vérification des faits qui se bat pour stopper la propagation des fausses informations et les propos haineux sur les réseaux. Le média a rapidement connu un succès après son lancement en 2017. C’est son centre de monitoring et de documentations de fausses informations “ Habari Check” qui l’a mis en oeuvre. Le média s’est donc rapidement positionnée comme  une référence en matière de vérification des faits en République Démocratique du Congo et dans la sous région des grands lacs Africains.

Mais du fait d’un manque d’appui et d’opportunités, sa mission en vérification des faits et en datajournalisme a été mise à rude épreuve.

Récemment, grâce à la bourse de fellowship de la vérification des faits, le média a repris ses ailes et s’est repositionné dans le fact-checking. L’élément propulseur, le programme financé par la Mission des nations unies pour la stabilisation du Congo (Monusco) et mis en œuvre par  Code for Africa (Cfa) à travers son département  l’Alliance africaine de Fact-checking (AFCA). Ce programme conjoint a permis au média Lacloche de se reconstruire, se  réinventer et de renforcer son équipe tout en prenant un nouvel élan en vérification des faits.

Une rédaction forte et solide en vérification

Le programme consistait principalement au renforcement des capacités sur les techniques de vérification des faits, du mentorat et un appui technique et financier à la rédaction de vérification en République démocratique du Congo, dont Lacloche.

Pierre Buyoya Kashindi, Président du Conseil d’Administration de Lacloche a signifié que notre intégration au sein de l’Alliance africaine de Fact checking (AFCA) a aidé notre plateforme à améliorer les  compétences en technique de vérification des faits et avoir un niveau important des connaissances sur l’éducation numérique aux médias et à l’information”.

La bourse de lutte contre la désinformation en RDC  lancée par Code for Africa et Monusco, a été la boussole, guidant Lacloche pour un nouvel élan. Ce qui a permis à notre rédaction de se consolider et de repousser les limites de la vérification des faits au service de la vérité.

La première partie du programme s’est focalisée sur le renforcement des capacités de Journaliste boursier fact checker de l’équipe éditoriale Lacloche, Cléophas Kyembwe. Au-delà des compétences techniques reçues, le programme a également mis l’accent sur le mentorat, offrant un guidage précieux pour aider Lacloche, notamment en termes de productions d’articles de qualité.

Cléophas Kyembwe Babu, un des boursiers du programme a approuvé l’impact du mentorat: “Le mentorat  a été bénéfique. Il nous a guidé à travers les défis éditoriaux et à élargir notre compréhension de la vérification des faits. C’était un pilier de production d’articles pour notre compétence. Cette bourse a été une opportunité de développer mes compétences et ma compréhension de la vérification des faits. j’ai constaté une évolution de l’utilisation des outils et la façon de rédiger un article de fact checking pour un vérificateur des faits que je suis”, a-t-il souligné.

Le programme a duré 4 mois et s’est déroulé de Août à Novembre 2023. Au cours de cette période, nous avons produit 8 articles de fact-checking sous la supervision de notre mentor, un des journalistes de Cfa. 

L’ouverture de Lacloche aux opportunités. 

“grâce à la bourse, nous avons désormais une meilleure connaissance et compréhension des enjeux d’opportunités du Réseau d’incubateur Africain de vérification des faits (AFCA)” et d’autres connaissances sur les différentes plateformes comme Réseau Internationale de vérification des faits (IFCN) ainsi que d’autres structures africaines des vérifications des faits. Notre média a bénéficié d’une crédibilité suite à la qualité des productions au cours de cette période du programme. Une note positive qui ouvre désormais les portes d’autres opportunités dans le domaine. 

L’expérience vécue pendant la bourse m’a permis de bien rédiger la dépêche selon les normes standards conformément aux règles de l’IFCN, sans oublier l’ouverture dans le monde médiatique, ainsi que de devenir structure formatrice en fact checking dans la région.

Ce programme a contribué à accroître la notoriété du média au sein de la sous régions des grands lacs africains. un impact qui dépasse largement les limites du média. Ceci nous a permis de partager nos expériences et tisser des partenariats avec nos homologues de Cameroun, Burundi, Tanzanie et du Bénin.

Quelques difficultés rencontrées

Nous disons sincèrement merci à Code for Africa pour tous les efforts qu’il a investis en nous levant certains goulots d’étranglement qui nous ont permis de surmonter certaines  lacunes sur les techniques comme l’archivage d’un lien web, l’utilisations de crowdtangle, youtube data viewer et d’autres outils de vérifications de faits. Aujourd’hui, avec cet appui technique de code for Africa, nous sommes capables d’utiliser ces techniques sans complaisance.

Autres difficultés liées à notre rédaction pour s’adapter aux outils de communication utilisés dans le cadre de la bourse, notamment Slack, la connexion internet de temps à temps constituait un défi pour suivre la formation en ligne, la coupure intempestive du courant électrique a bloqué l’utilisation du routeur de connexion Wifi que nous utilisons. Malgré tout, nous nous sommes armés pour combattre la propagation des fausses informations en République Démocratique du Congo (RDC).

Des recommandations et perspectives d’avenir

Notre souhait est de poursuivre le travail de fact checking aux côtés de Code for Africa, PesaCheck pour relever ensemble les défis auxquels le monde médiatique fait face dans la lutte contre la désinformation et mésinformation en Afrique. Nous sommes ouverts, disposés et disponibles à œuvrer tout le temps avec Code for Africa afin de booster le travail de vérification des faits en Afrique en vue de lutter contre la prolifération de la désinformation.

Lacloche plaide, une fois de plus, auprès de Code for Africa afin qu’il continue le renforcement  des capacités des structures médiatiques et de la société civile sur la technique de vérification des faits. Qu’il accompagne davantage les boursiers dans le projet de lutte contre la désinformation, organise des rencontres présentielles des créateurs de contenus (Fact checkers) pour des partages d’expériences en face.

——————

Cette vérification des faits est rédigée par Cléophas KYEMBWE BABU de lacloche dans le cadre du programme de Fellowship de la Monusco, avec le soutien de Code for Africa, à travers son initiative de vérification des faits, PesaCheck et l’Alliance africaine de fact-checking (AFCA).

Avis de LACLOCHE, par son centre de vérification Habari Check : Nous sommes un centre de vérification des faits pour stopper la propagation de fausses informations et propos haineux sur les réseaux sociaux. Tout article publié, si vous arrivez à constater qu’il y a des éléments à ajouter ou à modifier, notre rédaction est libre pour recevoir vos commentaires et apports.

La Cloche Media Group est un groupe de médias spécialisé dans la lutte contre les fausses informations en République démocratique du Congo. Disposant d’une station radio « CoolFM » et d’un Centre de Monitoring et de documentation des fausses informations « HabariCheck », nous sommes en avant-plan pour assainir l’espace virtuel de la RDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *