ActualitésBusinessDroits humainsElections 2023GeneralHabariCheckInfos partenairesNos activitésPoliticsSecurité

Cfa – Monusco : LaCloche, désormais plus armée pour combattre la désinformation

LaCloche s’est transformé, à une puissante sentinelle de la vérité grâce au programme conjoint de vérification des faits de Code For Africa (Cfa) et de la MONUSCO.

Par : Cléophas KYEMBWE BABU, pour LaCloche

Le centre de l’information et de la communication du média LaCloche est une initiative de vérification des faits qui se bat pour stopper la propagation des fausses informations et les propos haineux sur les réseaux. Le média a rapidement connu un succès après son lancement en 2017. C’est son centre de monitoring et de documentations de fausses informations “Habari Check” qui l’a mis en œuvre. Le média s’est rapidement positionné comme une référence en matière de vérification des faits en République démocratique du Congo et dans la sous région des grands lacs africains.

Mais du fait d’un manque d’appui et d’opportunités, sa mission en vérification des faits et en datajournalisme a été mise à rude épreuve.

Récemment, grâce à une bourse de renforcement des capacités en vérification des faits, le média a repris ses ailes et s’est repositionné dans le fact-checking. L’élément propulseur, le programme financé par la Mission des Nations unies pour la stabilisation du Congo (MONUSCO) et mis en œuvre par  Code for Africa (CfA) à travers l’Alliance africaine de vérification des faits (AFCA). Ce programme conjoint a permis au média LaCloche de se reconstruire, se  réinventer et renforcer son équipe tout en prenant un nouvel élan en vérification des faits.

Une rédaction forte et solide en vérification

Le programme consistait principalement au renforcement des capacités sur les techniques de vérification des faits, du mentorat et un appui technique et financier aux vérificateurs de faits en République démocratique du Congo, dont LaCloche.

Pierre Buyoya Kashindi, Président du Conseil d’administration du média a signifié que “l’intégration de LaCloche au sein de l’Alliance africaine de vérification des faits (AFCA) a aidé la plateforme à améliorer ses compétences en techniques de vérification des faits et avoir un niveau important des connaissances sur l’éducation numérique aux médias et à l’information”.

La bourse de lutte contre la désinformation en RDC lancée par Code for Africa et la MONUSCO, a été la boussole, guidant LaCloche pour un nouvel élan, soutient-il. Ce qui a permis à la rédaction de se consolider et de repousser les limites de la vérification des faits au service de la vérité.

La première partie du programme s’est focalisée sur le renforcement des capacités d’un journaliste vérificateur de faits de l’équipe éditoriale de LaCloche, Cléophas Kyembwe. Au-delà des compétences techniques reçues, le programme a également offert un mentorat, fournissant un guidage précieux pour aider LaCloche, notamment en termes de productions d’articles de qualité.

Cléophas Kyembwe Babu, boursier du programme, approuve l’impact du mentorat: “Le mentorat  a été bénéfique. Il nous a guidé à travers les défis éditoriaux et à élargir notre compréhension de la vérification des faits. C’était un pilier de production d’articles pour notre compétence. Cette bourse a été une opportunité de développer mes compétences et ma compréhension de la vérification des faits. J’ai constaté une évolution de l’utilisation des outils et la façon de rédiger un article de fact-checking pour un vérificateur des faits que je suis”, a-t-il souligné.

Le programme a duré 4 mois et s’est déroulé de Août à Novembre 2023. Au cours de cette période, le média a produit huit (08) articles de fact-checking sous la supervision d’un mentor, éditeur à PesaCheck, initiative de vérification des faits de Code for Africa. 

L’ouverture de LaCloche aux opportunités

Grâce à la bourse, le média a désormais une meilleure connaissance et compréhension des enjeux et opportunités du réseau de l’AFCA, ainsi que d’autres connaissances, notamment quant aux normes du Réseau international de vérification des faits (International Fact-Checking Network — IFCN). LaCloche a acquis une crédibilité suite à la qualité des productions au cours de cette période du programme. Une note positive qui ouvre désormais les portes d’autres opportunités dans le domaine. 

Ce programme a contribué à accroître la notoriété du média au-delà de ses frontières, avec une portée couvrant toute la sous-région des grands lacs africains. Ceci nous a permis de partager nos expériences et de tisser des partenariats avec des confrères du Cameroun, du Burundi, de la Tanzanie et du Bénin.

Quelques difficultés rencontrées

LaCloche est reconnaissante envers Code for Africa pour tous les efforts consentis pour lever certains goulots d’étranglement, dont des lacunes quant à l’utilisation de certains outils tels que CrowdTangle, YouTube Data Viewer, et les outils d’archivage de liens hypertextes. Cet appui a permis à la rédaction d’avoir une bonne maîtrise de ces techniques et outils.

L’électricité et la connectivité ont constitué d’autres défis majeurs, rendant difficile la participation aux ateliers et sessions en ligne. Enfin, l’outil de communication utilisé pour les échanges avec Code for Africa – Slack – s’est révélé complexe pour notre utilisation dans les débuts de l’aventure.

Autant de défis qui ne n’ont néanmoins pas empêché LaCloche de tirer le meilleur du programme pour s’armer contre la désinformation en RDC.

Des recommandations et perspectives d’avenir

Avec ce programme qui a posé les bases, LaCloche souhaite poursuivre une fructueuse collaboration avec Code for Africa et PesaCheck, aux côtés des autres membres de l’AFCA, en vue de lutter contre la prolifération de la désinformation sur le continent. 

LaCloche exhorte Code for Africa à intensifier le renforcement des compétences des médias et de la société civile dans la vérification des faits. Il préconise un soutien accru aux boursiers impliqués dans la lutte contre la désinformation, ainsi que la tenue de rencontres physiques entre les vérificateurs de faits pour un échange d’expériences percutant.

——————

Cet article est rédigé par Cléophas KYEMBWE BABU de LaCloche dans le cadre du programme de bourse de la MONUSCO, avec le soutien de Code for Africa, à travers son initiative de vérification des faits, PesaCheck et de l’Alliance africaine de fact-checking (AFCA).

Translated

Cfa – Monusco: LaCloche better equipped to combat disinformation

LaCloche has evolved into a powerful sentinel of the truth, thanks to Code For africa (Cfa) and MONUSCO’s joint fact-checking programme.

By: Cléophas KYEMBWE BABU, from LaCloche

LaCloche Media Information and Communication Centre is a fact-checking initiative fighting to stop the spread of fake news and hate speech across networks. The medium quickly became a success after its launch in 2017. It was set up by its « Habari Check » centre for monitoring and documenting false information. The medium soon positioned itself as a benchmark for fact-checking in Democratic Republic of Congo and the Great Lakes sub-region of Africa.

But due to a lack of support and opportunities, its fact checking and data journalism mission has been severely strained.

Recently, thanks to a fact-checking capacity-building fellowship, the newsroom has recovered its wings and repositioned itself in fact-checking. The driving force behind this was a programme funded by the United Nations Stabilisation Mission in the Congo (MONUSCO) and implemented by Code for Africa (CfA) through the African Fact-Checking Alliance (AFCA). This joint programme has enabled LaCloche media to rebuild, reinvent itself and strengthen its team, while giving new impetus to fact-checking.

A strong, solid fact-checking desk 

The programme mainly consisted of capacity-building in fact-checking techniques, mentoring and technical and financial support for fact-checkers in Democratic Republic of Congo, including LaCloche.

Pierre Buyoya Kashindi, Chairman of the media’s Board of Directors, pointed out that “LaCloche’s integration into the African Fact-Checking Alliance (AFCA) has helped the platform to improve its skills in fact-checking techniques and to gain a significant level of knowledge in digital media and information literacy.”

The fellowship to combat disinformation in DRC, launched by Code for Africa and MONUSCO, has been the compass guiding LaCloche towards a new impetus, he argues. This has enabled the editorial team to consolidate and push back the boundaries of fact-checking in the service of truth.

The first part of the programme focused on building the capacity of a fact-checking journalist from LaCloche’s editorial team, Cléophas Kyembwe. In addition to the technical skills received, the programme also offered mentorship, providing invaluable guidance to help LaCloche, particularly in terms of producing quality articles.

Cléophas Kyembwe Babu, a fellow on the programme, praises the impact of the mentorship: “The mentorship has been valuable. It guided us through editorial challenges and broadened our understanding of fact-checking. It was a pillar of article production for our skill. This fellowship was an opportunity to further develop my skills and understanding of fact-checking. I’ve seen an improvement in the use of tools and the way of writing a fact-checking article for the fact-checker that I am,” he emphasised.

The programme lasted 4 months running from August to November 2023. During this period, the newsroom produced eight (08) fact-checking articles under the guidance of a mentor, an editor at PesaCheck, Code for Africa’s fact-checking initiative.

Opening up LaCloche to new opportunities

Thanks to the fellowship, the newsroom now has a better knowledge and understanding of the stakes and opportunities of the AFCA network, as well as other knowledge, particularly of the standards of the International Fact-Checking Network (IFCN). LaCloche has gained credibility thanks to the quality of its output during the programme. A positive note that now opens the door to other opportunities in the field. 

The programme has helped to raise the profile of the organosation beyond its borders, with a reach covering the entire Great Lakes sub-region of Africa. This has enabled us to share our experiences and forge partnerships with colleagues in Cameroon, Burundi, Tanzania and Benin.

A few challenges

LaCloche is grateful to Code for Africa for all the efforts made to tackle certain bottlenecks, including weaknesses in the use of some tools such as CrowdTangle, YouTube Data Viewer, and hypertext link archiving tools. This support has enabled the editorial team to master these techniques and tools.

Electricity and connectivity were other major challenges, making it difficult to participate in workshops and online sessions. Finally, the communication tool used for exchanges with Code for Africa – Slack – proved to be complex for us to use in the early stages of the adventure.

However, all these challenges did not prevent LaCloche from making the most of the programme to arm itself against disinformation in DRC.

Recommendations and future perspectives

With this programme having laid the foundations, LaCloche hopes to continue a fruitful collaboration with Code for Africa and PesaCheck, alongside the other AFCA members, with a view to combating the proliferation of misinformation on the continent. 

LaCloche urges Code for Africa to step up its efforts to build the fact-checking skills of the newsrooms and civil society organisations. It advocates increased support for fellows involved in the fight against disinformation, as well as the holding of physical meetings bringing together fact-checkers for an effective and impactful exchange of experience.

——————

This article was written by Cléophas KYEMBWE BABU from LaCloche as part of the MONUSCO fellowship programme, with support from Code for Africa, through its fact-checking initiative, PesaCheck and the Alliance africaine de fact-checking (AFCA).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *