HabariCheckInfos partenairesPolitics

FAUX : Cette vidéo ne montre pas une attaque de drone en mars 2024 à Gojjam, en Éthiopie

Les images proviennent de l’incendie survenu en 2016 au marché en plein air Merkato à Addis-Abeba.

Cette vidéo TikTok , censée montrer un drone ayant attaqué des civils à Gojjam, dans la région d’Amhara en Éthiopie, en mars 2024, est FAUX.

La description textuelle amharique de la vidéo se traduit par : «Aujourd’hui, environ 400 personnes ont perdu la vie à Gojam dans une horrible attaque de drone.»

Les combats se poursuivent à Amhara entre Fano, une milice locale armée de jeunes, et les troupes du gouvernement fédéral éthiopien. Cela faisait suite à la décision gouvernementale d’avril 2023 d’intégrer les forces de sécurité régionales aux agences de sécurité nationale.

Le 19 février 2024, Addis Standard a rapporté que le gouvernement fédéral éthiopien avait tué au moins 30 civils lors d’une frappe de drone à Sasit, dans la zone North Shewa du district de Mojana Wedera. Le drone a heurté un camion Isuzu transportant plus de 50 civils qui assistaient à un service de baptême dans une église. Les victimes étaient principalement des membres de la famille.

Cependant, les résultats d’une recherche d’image inversée sur Google d’une capture d’écran de la vidéo montrent l’incendie du marché libre Merkato à Addis-Abeba en 2016.

L’image de la revendication a été prise sur cette chaîne YouTube et la vidéo montre un incendie qui s’est déclaré à Merkato, Addis-Abeba, en 2016. La vidéo a été publiée le 15 juillet 2016.

L’image a également été publiée sur ce site Internet le 27 décembre 2016, aux côtés d’un article intitulé « Addis-Abeba : un incendie détruit des entreprises et des résidences ». De plus, comme on le voit ici et ici , l’image est tirée de la vidéo publiée en 2016.

PesaCheck a examiné une photo sur une vidéo TikTok, soi-disant celle d’un drone qui a attaqué des civils à Gojjam en mars 2024, et a trouvé qu’elle était FAUX.

Cet article fait partie d’une série continue de vérifications des faits par PesaCheck examinant le contenu marqué comme potentiellement désinformation sur Facebook et d’autres plateformes de médias sociaux.

En s’associant à Facebook et à des plateformes de médias sociaux similaires , des organisations tierces de vérification des faits comme PesaCheck aident à distinguer les faits de la fiction. Pour ce faire, nous donnons au public un aperçu et un contexte plus approfondis des publications qu’il voit dans ses flux de médias sociaux.

Avez-vous repéré ce que vous pensez être des fake news ou de fausses informations sur Facebook ? Voici comment vous pouvez signaler . Et voici plus d’informations sur la méthodologie de PesaCheck pour vérifier les contenus douteux.

Cette vérification des faits a été rédigée par un vérificateur de faits de PesaCheck basé en Éthiopie (nom anonyme pour des raisons de sécurité) et éditée par le rédacteur en chef de PesaCheck, Cédrick Irakoze , et le rédacteur en chef par intérim, Francis Mwaniki .

La publication de l’article a été approuvée par la rédactrice en chef de PesaCheck, Doreen Wainainah .

SOURCE : cet article fait partie d’une publication tirée par nos partenaires, entre Pesa Check et Code for Africa dans le cadre de l’Alliance de Fact Checking Africain « AFCA » dont Lacloche est membre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *