ActualitésHabariCheckNos activités

Semaine numérique : les initiatives des vérifications des faits des grands lacs africains  renforcent l’EMI, cheval de bataille contre les désinformations.

Célébrée chaque année par l’Unesco et ses partenaires en date du 24 au 31 Octobre. Sous le thème mondial « l’éducation aux médias et à l’information dans les espaces numériques : un programme mondial collectif » ; en Afrique des Grands Lacs sous le label de LACLOCHE et APECOM, l’initiative Alliance des Fact checking des Grands Lacs Africains « AFC-GL » a lancé sa première activité sous mode Conférence Zoom le 14 Novembre 2023 pour clôturer la semaine numérique 2023.

Sous un thème local « l’importance de l’éducation numérique aux médias et à l’information pendant cette période électorale en RDC et de crise sociopolitique dans la sous région des Grands ».

La facilitatrice Aristide Kanga des Bénévoles  de l’EMI au Cameroun. Prenant la parole Cléophas Kyembwe Babu Bumba, Expert en Fact Checking, consultant en éducation numérique aux médias et à l’information, la désinformation est l’un des fléaux qui fragilisent les démocraties émergents en ce sens, les pays des grands lacs tombent dans le piège des stratégies de manipulation tant internes que celles venant de l’extérieur. Car on trouve l’accès limité à l’information de qualité, aussi la paupérisation de certains médias les rends vulnérables aux influences des politiciens ou de ceux qui financent. Un autre défi reste la faible alphabétisation médiatique sur l éducation numérique aux médias et à l’information. Tous ces facteurs associés à certains contextes sociopolitiques et sécuritaires fragiles contribuent à expliquer pourquoi les pays des grands lacs sont particulièrement vulnérables à la manipulation. D’où il est nécessaire de former les médias et les acteurs de la société civile sur la technique de la vérification des faits. Ce qui peut avoir un impact sur la capacité de citoyens à évaluer de manière critique les informations et à détecter les tentatives de manipulation

Combattre la désinformation un effort global pour les acteurs

Mais la propagation de la désinformation est un problème mondial qui nécessite une approche globale et des efforts concertés pour promouvoir l’éducation aux médias et à l’information, la vérification des faits, quels que soit le contexte géographique, renchérit Mélance Irakoze.

Les discours de haine en ligne caractérisent la région des grands lacs

Selon Bani Bibenga Gorge, Les discours de haine sont des discours qui visent à attaquer, à discriminer ou à inciter à la violence contre un individu ou un groupe en raison de leur appartenance à une race, une religion, une idéologie ou nationalité. Ces discours de nature stigmatisant et déshumanisant sont généralement répétitifs, diffusés à grande échelle pour amplifier leur impact. Ils utilisent les termes violents contre un individu ou un groupe. Malgré l’on parle de la liberté d’expression qui, semble être une explication au diffuseur de discours de haine. Sachons bel et bien que toutes les communications doivent être exercées dans le respect des limites légales.

L’éducation numérique aux médias et à l’information, une solution pour les Grands lacs Africains

L’EMI est un domaine en plein développement en Afrique, particulièrement dans la région des grands lacs. Elle est fondamentalement si on veut bâtir des citoyens actifs et des sociétés démocratiques. Des sensibilisations commencent déjà avec la mise en place de cette alliance de fact checking des grands lacs africains « AFC-GL » pour renforcer les capacités des médias et des sociétés civiles l’impact de l’éducation numérique aux médias et à l’information. Cependant, les initiatives sont souvent limitées à cause de l’absence de financement et de volonté politique. L’EMI est de plus  en plus reconnue comme un élément clé de la démocratie et de la participation citoyenne.

C’est le moment bientôt de continuer à promouvoir l’EMI en tant que compétence clé pour les citoyens et les professionnels des médias, afin de renforcer la résilience face à la désinformation et de promouvoir une participation citoyenne, active et éclairée. Dixit Cléophas Bumba  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *