Elections 2023HabariCheckInfos partenairesNos activitésSecurité

Uvira : forum des médias sur la désinformation, Lacloche forme les journalistes sur les outils de vérification des faits(fact-checking).

Dans le cadre de la célébration de journée internationale de Fact Checking, un forum des médias sur la désinformation s’est tenu ce Samedi 22 Avril 2023 au siège de l’organisation INIREC situé dans le Quartier Rombe I, commune de Mulongwe, ville d’Uvira en province du Sud-Kivu.

Célébrée sous le thème local La désinformation comme danger imminent pour la paix sociale. Sous l’initiative du magazine la Cloche à travers son centre de monitoring de vérification des faits pour stopper la propagation des fausses informations et propos haineux dans les réseaux sociaux, Habari Check en partenariat avec EDUK-Média du Caméroun. Cette activité a ressemblé une trentaine des journalistes d’Uvira, des acteurs de la société civile et les représentants des structures des jeunes pour échanger sur les es différentes thématiques telles que : stratégies à mettre en place afin de barrer la route aux messages d’incitation à la haine qui souvent engendrent les violences, Technique des vérification des faits : fact checking en temps de crise, la gestion des désinformations et mésinformations pendant la période électorale, la cybercriminalité/conflits liés aux réseaux sociaux dans la période pré-électorale, le rôle des journalistes et sociétés civiles dans la lutte contre les désinformations ainsi que l’état de lieu des fake news en Afrique, qu’elles perspective pour le rééduquer..

Bani Bibenga Géorges, coordinateur de l’INIREC asbl a insisté sur l’importance de formuler des messages positifs pour contrecarrer les discours de haine et cela après la vérification des faits.

selon Cléophas Bumba, expert en fact checking et directeur du Centre d’Information et Communication-Média avec le programme Habari Check : en période dé crise ou période électorale la mésinformation et désinformation ont la tendance à augmenter et peuvent conduire à la violence, à une crise économique, provoque un mouvement des réfugiés. d’où il est nécessaire aux journaliste d’appliquer lee fact checking pour vérifier les sources en utilisant les outils de vérification des faits pour stopper la propagation des fausses informations et propos haineux sur les réseaux sociaux. ceci arrête les dommages.

Christian Bisimwa, spécialiste en Cybercriminalité, des aspects de la cybercriminalité évoqués aussi comme une menace qui pèse sur nos sociétés et qui sont à la base des conflits. la délinquance informatique utilisant l’ordinateur ou autres réseaux sociaux sur les téléphones , smart phone en vue de nuire. l’Etat doit réglementer l’espace numérique.

Quant à Andzongo Blaise Pascal formateur et consultant en éducation aux médias en mode zoom depuis le Cameroun, président de Eduk-Meida, les journalistes doivent connaître leurs rôles pendant ce temps où le fake news prolifèrent sur des réseaux sociaux. la maitrise de numérique est très capitale en vue d’éduquer les utilisateurs des outils numériques. il propose que le droit pénal puisse s’associer au droit numérique pour bien établir les sanctions pour ceux qui utilisent la cybercriminalité pour pirater les comptes d’autrui, participer aux cas de vol pour ne citer que ça.

les participants à ce forum ont ému leurs joie et engagement pour lutter contre les désinformations. Germain Musombo du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme, le discours de haine nous poussent à vivre dans de situation hostiles. nous sommes appelés à les stopper.

A l’issue du forum, les recommandations ont été ressorties. il s’agit entre autres : renforcer les séances de sensibilisations et renforcement des capacités aux jeunes blogueurs, administrateurs des réseaux sociaux et groupe WhatsApp, mettre à la dispositions de tous l’accès facile aux outils de vérifications des faits, initier de plaidoyer auprès des instances Etatiques en vue de mettre fin aux cybercriminalité, organiser régulièrement des rencontres d’échanges pour évaluer l’état de lieu de la désinformation, outiller les journalistes les notions de fact checking et mettre à leur dispositions un centre d’éducation numérique aux médias.

Signalons que, Cette activité à réuni plusieurs personnes en mode conférence zoom et s’est déroulée dans le cadre de la célébration de la journée internationale du Fact-Cheking, une journée célébrée le 2 Avril de chaque année. Pour cette année 2023 la journée est célébrée au niveau international sous le thème” Accroître la sensibilisation des parties prenantes pour renforcer l’efficacité de la lutte contre la mes/désinformation en Afrique. Au niveau local la journée est célébrée sous le thème, la désinformation comme danger imminent pour la paix sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *